Qu'est-ce que ATRIUM Section Psychologie ???

Bienvenue dans la section Psychologie des sites ATRIUM. Composée de travaux divers concernant l'historique de la discipline, les méthodologies, la psychologie sociale ou la question de l'intersubjectivité, la psychologie de l'enfant et la psychopédagogie, des biographies d'auteurs célèbres... nous ferons une place grandissante à la pédagogie dans cette section.

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Psychologie sociale

Mais que se passe-t-il dans le cas d'individus pluriculturels ?

 
 

I. La dialectique Moi/Je dans le cas de jeunes biculturels.

Mead propose de voir le Soi avec un Moi, un Autrui... Les individus ne sont pas seulement des Moi mais ils ont aussi la possibilité d’influencer les autres individus (on peut le démontrer au travers du jeu par exemple). Quand l’individu "baigne" dans deux cultures qu’en est-il ?  Il y a différents types de cultures selon:

(Moi1)   : familiale: par exemple la famille italienne qui varie selon que l’on soit au Nord, au Sud... si elle est émigrée, il est important de savoir depuis combien de temps elle habite son nouveau pays, de quelle manière la culture d'origine est représentée dans ce pays "d'accueil".

(Moi2)   : l’univers culturel d’accueil; selon le canton (si on prend l’exemple d’une famille italienne émigrant en Suisse). C’est le deuxième univers culturel.  

(Moi3)   : sous-cultures: les jeunes, par exemple, c’est un tout autre univers culturel.

Mais aussi la "culture globale", mondiale (modèle nord-américain). Un autrui généralisé dont on s’imprègne. Tout ces points peuvent entrer en conflit les uns avec les autres et à différents niveaux. Le Moi n’est pas une entité monolithique et immuable, mais plutôt un point de confluence, d’attentes sociales contradictoires, complexes et ambiguës. On peut légitimement se demander s'il y a une pluralité de Je ? (trouver la réponse tout seul !!!) Il est aussi intéressant de voir comment sont perçus dans la société les différences du Moi; quelles places sont données à différentes cultures ? Si toutes sont égales il n’y a pas besoin d’effacer l’une de ses appartenances, ce n’est pourtant pas souvent ce cas de figure qui se présente (voir Les identités meurtrières de A.Maalouf). Et si une guerre éclate comment va réagir l’individu devant faire la synthèse entre les deux cultures qui sont en conflit en lui ! Le travail du Je ne sera pas évident. C’est en particulier le cas chez les enfants (par exemple face aux moqueries à l’école); la synthèse va se faire en essayant de cacher les "aspects" qui font que l’enfant est sujet de railleries.

II. Quels indices de processus identitaires dans le cadre d'entretiens de recherche ?

Type de recueil de donnée.

Le recueil de données par le chercheur; il y a une interaction entre le chercheur et le sujet lors de leur rencontre. Au niveau de l’identité c’est particulièrement intéressant car chacun à un univers culturel propre (pas forcément "différent" d’ailleurs). Toute rencontre mobilise les identités des personnes.

- potentialités: on approche d’avantage la subjectivité de l’autre (par rapport au questionnement par exemple). On se met à l’écoute de la subjectivité d’autrui; on a moins d’a priori.

- limites: rencontre interpersonnelles; on peut la standardiser mais elle présente toujours un certain nombre d’inconnus. C’est aussi une démarche coûteuse (temps, argent...). On ne peut mener d’étude que sur des petits groupes.

 

Retour au sommaire

 
 

A lire pour compléter son étude

- Cesari Lusso V. in Coslin&Vinsonneau : Processus identitaires et cultures. Paris: PUF

- Vinsonneau G. : L'identité des jeunes en société inégalitaire. Le cas des maghrébins en France. Paris: L'Harmattan

- C.Chiland: L'entretien clinique. Paris: PUF

- A.Maalouf: Les identités meurtrières. Grasset

 

Liens internet

     
 
Votre site ici !!! Ecrivez-nous pour ajouter votre site à nos pages...
 
 
Copyright © Yannick RUB