Qu'est-ce que ATRIUM Section Psychologie ???

Bienvenue dans la section Psychologie des sites ATRIUM. Composée de travaux divers concernant l'historique de la discipline, les méthodologies, la psychologie sociale ou la question de l'intersubjectivité, la psychologie de l'enfant et la psychopédagogie, des biographies d'auteurs célèbres... nous ferons une place grandissante à la pédagogie dans cette section.

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Psychologie, divers travaux

Relations sociales entre enfants au cours de la troisième année

 
 

Introduction

Cet article se consacre à l'étude de l'imitation dans les interactions entre enfants durant la troisième année. 21 enfants de 2 à 3 ans ont été observés en crèche au moment du repas. Des travaux précédents de Winnykamen s'étaient déjà intéressés aux relations sociales des enfants au cours de leurs jeux, donc dans une situation naturelle. La situation de l'étude qui nous intéresse est donc plus contraignante. Les enfants jouent quelque soit le contexte, mais la situation de repas crée des contraintes qui limitent les possibilités d'initiative et suppriment les possibilités de déplacement. Les auteurs s'intéressent aux relations que les enfants auront dans ce contexte et quel rôle l'imitation y jouera.  Les auteurs s'attendaient à trouver de forts différences inter-individuelles des fréquences des conduites imitatives, ils pensaient aussi pouvoir montrer que l'imitation avait, entre autre, comme fonction d'engager le contact social. Les auteurs ont aussi voulu montrer la nature des activités interactionnelles : positive ou négative.

Procédure

Sujets

21 enfants, de 2 ans et 3 mois à 2 ans et 10 mois. Répartition en trois groupes de 5 et 6 enfants selon leur place autour de la table ; composition de deux groupes selon l'âge: groupe 1 (moyenne d'âge de 2 ans et 5 mois), groupe 2 (moyenne d'âge de 2 ans et 10 mois). Le sexe n'a pas été pris en compte.

Situation

Les enfants sont dans des crèches, le milieu socio-économique est homogène et relativement modeste. Les enfants sont observés à table, le couvert est mis mais le repas n'est pas encore servis. Ce n'est que dans une deuxième partie de l'observation que les enfants sont servis.

Durée

L'observation est de 16 minutes par enfant. Ils sont pris tour à tour dans le groupe formé par leur tablée. Donc, pour 21 sujets, il y aura 21 protocoles de 16 minutes enregistrés sur magnétoscope. Chaque protocole a été découpé en périodes de 10 secondes, soit 96 périodes par enfant. Cette procédure devait permettre de relever les différents comportements, le nombre d'occurrences de chacun d'eux, et leur réapparition temporelle au cours de la séquence.

Comportements observés

26 comportements en rapport avec la présence des autres enfants ont été relevés. Ils ont été regroupés en 6 catégories [imitation, coaction, (ce sont des interactions sociales réciproques : dialogue, action avec but commun, imitation réciproque, alternance de l'action), initiative (d'un enfant x vers un enfant y), réponses ( de y à l'initiative de y), rupture de contact (par changement d'activité ou en se détournant), rien (s'occupe seul, s'adresse à la puéricultrice...)]. Les catégories de coaction, d'initiative et de réponses sont aussi codés selon leur nature: positive, négative ou neutre.

On a fait appel au codage d'un second observateur pour quelques observations afin de voir la convergence des observations, celle-ci est de 73%.

Hypothèses

L'imitation devrait diminuer chez les sujets plus âgés. Les auteurs voulaient aussi vérifier la nature réellement interactionnelle des relations entre enfants (positive ou négative).

Résultats

Les avantages de cette expérience sont de se situer en milieu naturel et de se prêter à une standardisation des situations (par parfaite mais suffisante). 29.8% des séquences comportent une activité sociale, l'âge n'influe pas les résultats. Il y a de très fortes différences inter-individuelles . Chaque sujet s'est vu attribué quatre notes : une note d'imitation, une de co-action, une d'initiative et une de réponse. Ce sont les catégories co-action et initiative qui sont les plus importantes. La différence entre les âges est significatives en ce qui concerne l'imitation, mais pas pour les autres catégories. Mais l'imitation, présente chez tous les sujets observés, présente de fortes différences interindividuelles. Il semble qu'il y ait une relation entre imiter beaucoup et avoir beaucoup de relations sociales en général, imiter peu et avoir peu de relations sociales en général. L'imitation est utilisée par certains comme prise de contact mais d'autres utilisent plus d'autres moyens. Dans les travaux précédentes de Winnykamen à la suite d'une imitation il y avait un contact social, ce travail montre aussi qu'une conduite social de y suit une imitation de y par x. Quel type de conduite sociale ? La co-action principalement.

Reste encore la question de la nature de l'initiative par rapport à la réponse. Si les contacts sociaux sont réellement interactionnels et non des contact de hasard, on doit s'attendre à ce qu'une initiative positive ou négative entraîne une réponse de même nature. D'abord les résultats montrent que les comportements sont majoritairement positifs. Les initiatives sont en général suivies d'effets et à une initiative positive correspond bien une réponse positive. Aucune initiative négative a été suivie de réponse positive.

Discussion

Les enfants, même dans cette situation contraignante, s'intéressent à leurs pairs. Mais les périodes où l'on relève des interactions sociales sont moins nombreuses que dans des situations "libres". Le contexte situationnel est donc tout à fait important : plus les activités sont libres et plus les relations sociales sont nombreuses. L'imitation a bien pour fonction d'introduire à une conduite sociale. Ce qui n'implique pas que ce soit la seule fonction. Ni que la prise de contact passe forcément par l'imitation. Les différences interindividuelles sont très importantes, ce qui fait que l'on ne peut affirmer que les "gros imitateurs" sont aussi ceux qui ont le plus d'activité à l'égard d'autrui. L'importance de la catégorie co-action (et c'est la seule catégorie sociale qui augmente avec l'âge) indique, au cours de la troisième année, l'installation puis la consolidation de cette activité à deux. L'enfant est donc rapidement social, il utilise pour atteindre les objectifs de contact er d'interaction les compétences qui sont les siennes. A cet âge, l'imitation en est une.

 

Retour au sommaire

 
 

Résumé de l'article de Winnykamen, F., Corroyer, D., et Weeger, I., (1982): Relations sociales entre enfants au cours de la troisième année. Dans le Bulletin de Psychologie, Tome 35, No 355, pp.407-414.

Liens internet

     
 
Votre site ici !!! Ecrivez-nous pour ajouter votre site à nos pages...
 
 
Copyright © Yannick RUB