HISTOIRE DE LA YOUGOSLAVIE AU XXe SIÊCLE

Un bref rappel de l'histoire yougoslave, pour essayer de mieux comprendre ce qui  a mené aux conflits dévastateurs des années nonante, des premières manifestations nationales à l'intervention au Kosovo...

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Histoire Contemporaine >>> Histoire de la Yougoslavie au XXe siècle

République populaire fédérative : introduction

 
 

Sous la pression des Alliés qui voulaient un gouvernement d'union nationale avec une continuité juridique entre l'ancien État et la nouvelle Yougoslavie, un accord avait été conclu entre le secrétaire du Parti communiste yougoslave (K.P.J.), Josip Broz dit « Tito », et le président du gouvernement exilé, Ivan Subasic: l'accord Tito-Subasic du 16 juin 1944

Cependant, l'application de cette entente allait être par la suite compromise. Formant la nouvelle Assemblée nationale, le Conseil antifasciste de libération nationale yougoslave (A.V.N.O.J.) ne fut pas complété par des membres du dernier parlement yougoslave d'avant guerre. Des leaders de certains partis politiques non compromis durant le conflit furent intégrés au Front populaire, sans pour autant disposer de pouvoir effectif. Le Front populaire devint assez rapidement la succursale administrative du Parti communiste, Ivan Subasic et Milan Grol (chef du Parti démocrate) démissionnèrent. 

L'opposition boycotta les élections législatives du 11 novembre 1945, complètement organisées et contrôlées par le K.P.J. La seule liste, celle du Front populaire, obtint 90,48% pour et 9,52% contre. Le 29 novembre 1945, la monarchie était officiellement abolie et la dynastie royale des Karadjordjevic dépossédée de ses biens. L'Assemblée constituante proclamait à l'unanimité la république populaire fédérative de Yougoslavie (F.N.R.J.), avec Belgrade pour capitale. Calquée sur la Constitution soviétique de 1936, la nouvelle Constitution fut promulguée le 31 janvier 1946, Tito déclaré maréchal et chef de l'État. La Constitution proclamait l'égalité en droit de tous les peuples sans distinction de nationalité, race ou religion (art. 21) et instituait un État fédéral composé de six républiques (Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Serbie et Macédoine), de la province autonome de Vojvodine et de la région autonome du Kosovo-Metohija, toutes deux rattachées à la Serbie. Le pouvoir réel des républiques était encore très réduit. Officiellement, le pouvoir appartenait aux peuples, mais en réalité le K.P.J. contrôlait toutes les institutions de la société. Tous les moyens de production ainsi que l'industrie, les moyens de transport, les banques et assurances furent nationalisés; le gouvernement contrôlait le commerce extérieur. Une grande partie des biens immobiliers fut confisquée, en particulier ceux des personnes compromises avec l'ennemi pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Ier plan quinquennal (1947-1951) mettait l'accent sur l'industrie lourde et l'électrification. La gestion était centralisée.

Le nouveau régime mena une lutte sans merci contre les opposants au régime, et en particulier contre le mouvement de résistance royaliste (tchetniks). Le commandant en chef des tchetniks, Draja Mihajlovic, fut condamné et exécuté en juillet 1946 pour haute trahison pendant la guerre. Le second procès important fut celui de Mgr Stepinac, archevêque de Zagreb, collaborateur du régime fasciste croate d'Ante Pavelic, condamné en octobre 1946 à seize ans de prison, commués en 1951 en résidence surveillée.

     

Page précédente

Page suivante

 
 
 
 
 
Copyright © Yannick RUB