LA RÉPUBLIQUE DE WEIMAR

La République de Weimar est le nom donné au régime politique que connut l'Allemagne de 1919 à 1933, parce que l'Assemblée qui vota la Constitution se réunit dans cette ville. L'Allemagne allait devenir un État parlementaire et dès le 11 novembre 1918, il n'y avait plus ni empereur ni Empire.

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Histoire Contemporaine >>> La République de Weimar

La situation économique

 
 

Le bilan de la guerre est très lourd. D'une part les pertes financières sont vertigineuses, et d'autre part l'Allemagne est amputée de territoires de haute valeur économique. Elle est en effet contrainte de céder de riches régions industrielles et agricoles comme l'Alsace-Lorraine, la Silésie, le nord du Schleswig. La "nouvelle Allemagne" perd 10 à 15 % de ses productions agricoles, 75 % de son minerai de fer, 30 % de sa production de fonte, 25 % de son acier et de son charbon. A ces pertes s'ajoutent les livraisons exigées par les vainqueurs : matériels de transports ( 5 000 locomotives, 15 000 wagons, 5 000 camions, la majeure partie de la flotte commerciale, 25 % de la flotte de pêche, 20 % de la batterie fluviale ), ainsi que du charbon.

Ces pertes aggravent le déficit de la balance commercial. Et il ne faut pas oublier de compter les pertes humaines, soit près de six millions de personnes. La mobilisation industrielle durant la guerre a provoqué l'usure du matériel et la chute de la production, la diminution des deux tiers du cheptel. L'endettement de l'Etat provoque une inflation permanente et la dépréciation de la monnaie de 50 % de sa parité or dès 1918.

Dès l'abolition de la dictature économique de guerre, la hausse des prix se déchaîne. La dette publique est passée de 32 à 185 milliards de marks. En juillet 1921, le mark-or vaut 10 marks-papier, il en vaudra 45 en novembre 1921. Au début de juin 1922, le dollar vaut 317 marks et en août le dollar cote déjà 1135 marks; à la fin de l'année il en vaudra 8000. Bientôt tout étalon de mesure disparaît. Le ticket de métro à Berlin coûtait, en 1918, 10 centimes, au début de l'année 1923 il vaut 50 marks, en août 10 000, en octobre 2 000 000... et fin novembre le prix du ticket s'élevait à 150 000 000 000 Le crise financière ne pouvait que dégénérer en crise sociale .

La crise de 1923

Le budget du Reich connaît un déficit de 31 milliard de Marks de 1919 à 1923. D'où une dépréciation catastrophique de la monnaie allemande entre 1922 et 1923. C'est la "Grande Dépression" qui ruine l'épargne de la classe moyenne bourgeoise qui soutenait électoralement les sociaux-démocrates. Le SPD appelle à la résistance passive dans la Ruhr, et il se voit contraint à une grande alliance avec les libéraux du DDP (Deutsche Demokratische Partei), le Zentrum catholique et les populistes du DVP (Deutsche Volkspartei).

     

Page précédente

Page suivante

 
 
 

Sources :

 - Peukert, La République de Weimar, Années de Crises de la Modernité, Aubier, Paris, 1995.

- Richard L., La Vie quotidienne sous la République de Weimar, Hachette, Paris, 1983.

- Thalmann R., La République de Weimar, collection "Que Sais-Je ?", P.U.F., Paris, 1986.

- Encyclopédie Universalis © 1998 Encyclopædia Universalis France S.A. 

- Dictionnaire historique, D.Vallaud. Fayard 1995

- Nicolas Chalmin, Textes sur la République de Weimar

- Encyclopédie Hachette, éd.2001

 
Copyright © Yannick RUB