SOMMAIRE - Divers

La rubrique Divers regroupe divers travaux et dossiers relatifs à des sujets variés ou spécifiques. Ainsi, par exemple, un important dossier consacré à l'Histoire de la Suisse, un index de personnalités historiques, des chronologies, des dossiers d'histoire économique, d'introduction aux études historiques ou de didactique de la discipline.

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Divers >>> Les Grands Noms de l'Histoire

Vercingétorix (vers 72 à 46 av. J.-C)

 
 

Chef gaulois, il est issu d’un des peuples les plus puissants de la Gaule d'alors, les Arvernes, occupant le Massif central, l’est du Rhône, le nord-est de la Gaule. En 52 av J.-C., Vercingétorix prend la tête d’un soulèvement né dans les régions du centre de la France, étendu à l’Armorique et attisé par les druides. Surmontant leurs divisions endémiques, de nombreuses tribus, momentanément soumises par César (campagnes de 58 à 53 av J.-C.), proclament une véritable guerre de libération. Arvernes, Carnutes, Lémoriques, Cadurques, Bituriges, etc. se regroupent autour de Vercingétorix et lui confient le commandement des armées. Loin du portrait partial que fit de lui son adversaire, Jules César, ce jeune chef de vingt ans n’est pas qu’un cavalier impulsif. Désintéressé, animé par un sincère amour de la liberté, c’est un homme de guerre audacieux, prompt à l’action mais prudent, un habile tacticien, un organisateur né. Pour rallier à ses troupes les hésitants, il n’hésite pas à prendre des otages dans les cités, leur imposant une discipline de fer. Des révoltes sporadiques et locales contre les occupants romains, il réussit à susciter une insurrection générale et, pour la première fois en Gaule, à faire naître un réel mouvement d’unité nationale. Grâce à Vercingétorix, la guerre va changer de visage. Profitant de l’absence de César, retenu par des problèmes de politique intérieure en Italie, se sachant faible face au mur des légions romaines, il engage les Gaulois dans une entreprise de guérilla.

Il impose aussitôt une stratégie, celle de la terre brûlée, autour de l’armée romaine pour l’affamer. Qui plus est, il se refuse à livrer bataille. César réagit vite. Il franchit les Cévennes enneigées, parvient à prendre la capitale des Bituriges qui n’a pas été détruite (Bourges), puis marche sur Gergovie, la capitale des Arvernes. L’échec que subit César en juin 52 av J.-C. renforce encore le rôle de Vercingétorix et son autorité, puisque les plus anciens alliés de Rome, les Eduens, se rallient à lui.

César réagit immédiatement et, après avoir écrasé la cavalerie gauloise près de Dijon, il contraint Vercingétorix à se retirer dans la citadelle d’Alésia. Les Romains l’entourent de postes répartis de telle sorte que ni les armées que Vercingétorix appelle en renfort, ni les sorties tentées par les assiégés qui sont quelque 80 000, ne parviennent à forcer les lignes romaines. Après une quarantaine de jours de siège, qui affament ses troupes, Vercingétorix se rend à César. Il est emmené par celui-ci pour paraître lors du triomphe que Rome fait à son vainqueur. C’est six ans plus tard que Vercingétorix est étranglé dans sa prison.

     

Retour au sommaire des Grands Noms de l'Histoire

 
 
 

 Source

- Dictionnaire Historique, L.Vallaud. Fayard Edition 1995

- L'Histoire de France, P.Bonafoux. Havas Edition. 1999

 

 
Liens Internet    
 
 Votre site ici !!! Ecrivez-nous pour ajouter votre site à nos pages...
     
 
Copyright © Yannick RUB