L'OR NAZI

Découvrir plus en détails quelle fut l'exploitation des opérations sur l'or dont profitèrent les nazis. Comment les troupes allemandes s'emparèrent des réserves d'or de certaines nations, quel fut le transit qu'emprunta l'or ainsi dérobés, quel fut son "destin". Précisons d'emblée que l'ouvrage de Werner Rings L'or des nazis. La Suisse, un relais discret. utilisé pour la première partie de ce dossier est l'oeuvre d'un journaliste parfois plus préoccupé de succès de librairie que d'exactitude historique. Il n'en reste pas moins que l'ouvrage éclaire sur de nombreux points, nous reviendrons sur les passages que Rings a traité un peu rapidement ou en ne faisant pas appel à l'ensemble des documents à disposition (ou parfois en les interprétant faussement).

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Divers >>> Histoire Suisse >>> L'or nazi

 Exemple de transactions

 

Les dépôts souterrains de Berne peuvent être comparés à des écluses ouvertes et fermées, laissant ou non s’écouler l’or qui y était entré, en fonction des circonstances.

L’écluse allemande fut ouverte 110 fois pour laisser entrer 24 460 lingots d’or; elle fut ouverte 225 fois pour en laisser sortir presque autant. Cette seule écluse fut donc ouverte et refermée au moins 335 fois durant les 59 mois de guerre qui se sont écoulés depuis sa mise en service en mai 1940. Il est difficile de se représenter comment les choses se sont déroulées. Voici trois exemples tirés de la réalité.

Décembre 1941. Trois envois d’or arrivent de Berlin le 4. Il s’agit de 793 lingots. Ils sont comptés, enregistrés et testés avant que les scellés soient enlevés de la porte en fil d’acier du dépôt allemand, que la serrure soit ouverte et que les lingots, qui pèsent 9560 kilos, soient empilés l’un après l’autre.

Des contrôleurs font des prélèvements: ils pèsent des lingots pris au hasard et comparent leur résultat avec le poids indiqué sur le certificat d’accompagnement. Sur d’autres lingots, on prélève des échantillons d’or pour vérifier le titre. Le poids du lingot modifié par le prélèvement est enregistré à son tour. Puis on fait la liste des numéros des 793 lingots. On adapte l’étiquette des armoires. On referme la porte et on pose les scellés. Finalement les contrôleurs remettent les nouvelles listes et les clés de la chambre forte au caissier principal.

Deux jours plus tard, le 6 décembre, l’armoire-dépôt de la Reichsbank est de nouveau ouverte. 254 lingots en sont retirés, achetés par la Banque nationale. Ils quittent la chambre forte internationale pour une pièce attenante où est stockée une partie des réserves propres de la Banque nationale. Quatre jours plus tard, le 10 décembre, nouvel arrivage de Berlin: 460 lingots, 5606 kilos d’or qui seront comme de coutume comptés, pesés, testés, enregistrés et stockés.

Les 16 et 30, on rouvre le dépôt. 251 lingots en sont retirés, puis 162. Soit 413 lingots qui prennent le chemin des réserves de la Banque nationale. Même au cours de ce mois de fêtes et de repos, l’écluse allemande s’est donc ouverte sept fois pour faire passer 1920 lingots, c’est-à-dire 23 166 kilos d’or. Et les choses se poursuivent ainsi, semaine après semaine, mois après mois.

Mars 1942. Selon les statistiques de la Banque nationale, 672 lingots arrivent de Berlin le 4 mars et ce même jour la Banque nationale achète et prélève du dépôt allemand 254 lingots.

Le 20, 20 lingots partent pour une adresse à Zurich, le jour suivant, la Banque nationale prélève 255 nouveaux lingots du dépôt allemand. Le 25, 654 lingots arrivent de Berlin et le 31 la Banque nationale en reprend 246. Six opérations, 2092 lingots en un mois, testés et enregistrés comme toujours. Chaque lingot manipulé pèse en moyenne 12,5 kilos. Puis vient l’époque où le fleuve d’or passe simultanément par diverses écluses.

Juillet 1943. Onze transactions. 248 lingots sont emportés le 1er pour le compte de la Banque nationale; le 2 et le 5 juillet, 147 lingots sont transférés du dépôt allemand au dépôt portugais. 486 nouveaux lingots arrivent de Berlin le 7, et 81 lingots quittent le dépôt allemand pour le Portugal le 10...

Parfois le travail est entravé. Le couloir entre les armoires est étroit. Les chariots sur lesquels on transporte lingots et sacs de pièces ne peuvent passer quand l’une des 94 portes est ouverte ou si un fonctionnaire occupé à empiler des lingots sur le rayon supérieur barre le chemin de son échelle.

Le 14 juillet 1943, l’écluse allemande fonctionne trois fois: 42 lingots sont transférés au dépôt suédois, 83 au portugais, la Banque nationale en acquiert 240.

Le 23, 685 lingots arrivent de Berlin, dont 41 prennent le chemin du dépôt portugais.

Le 28, finalement, nous sommes toujours en juillet. 40 lingots «allemands» sont transférés au dépôt suédois.

L’activité va croître encore, au fil du temps. dans la chambre forte internationale. Dans le courant de l’année, les dépôts roumain et hongrois vont aussi devenir actifs.

     

                      Page précédente

Page suivante

 
 

Bibliographie

W.Rings, L'or des nazis. La Suisse, un relais discret Payot Lausanne (1985)

 

Liens internet

     
 
Votre site ici !!!   Ecrivez-nous pour ajouter votre site à nos pages...
 
 
Copyright © Yannick RUB