L'OR NAZI

Découvrir plus en détails quelle fut l'exploitation des opérations sur l'or dont profitèrent les nazis. Comment les troupes allemandes s'emparèrent des réserves d'or de certaines nations, quel fut le transit qu'emprunta l'or ainsi dérobés, quel fut son "destin". Précisons d'emblée que l'ouvrage de Werner Rings L'or des nazis. La Suisse, un relais discret. utilisé pour la première partie de ce dossier est l'oeuvre d'un journaliste parfois plus préoccupé de succès de librairie que d'exactitude historique. Il n'en reste pas moins que l'ouvrage éclaire sur de nombreux points, nous reviendrons sur les passages que Rings a traité un peu rapidement ou en ne faisant pas appel à l'ensemble des documents à disposition (ou parfois en les interprétant faussement).

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Divers >>> Histoire Suisse >>> L'or nazi

 Quelques chiffres

 
 

La décision gouvernementale qui institua le contrôle par la Banque nationale de toutes les importations et exportations d’or et qui cherchait à saisir par la racine l’ensemble des affaires pour qui la Suisse servait de plaque tournante, cette décision fut certes utile, mais elle ne parvint pas à influencer le mécanisme des transactions.

Une chose était cependant possible désormais: on pouvait, si on le voulait, contrôler assez précisément les quantités d’or de la Reichsbank qui parvenaient en Suisse. Les services chargés de la politique étrangère disposaient pour cela de deux sources distinctes qui se complétaient: les statistiques annuelles de la Direction générale des douanes qui n’étaient pas publiées durant la guerre, ainsi que les compte rendus de la Banque nationale sur les mouvements quotidiens de l’or — des chiffres secs mais fascinants dont l'étude de Werner Rings profite également.

Ajoutons cependant d’emblée qu’aujourd’hui encore il faut des recherches compliquées pour arriver à faire concorder les indications provenant des diverses sources et établir ainsi une vue d’ensemble cohérente. Tout particulièrement en ce qui concerne l’or «pillé» néerlandais, s’y ajoutent certaines découvertes de l’après-guerre.

Au fait: la valeur de l’or importé d’Allemagne durant les années de guerre est indiquée par 1 640 404 000 francs suisses exactement dans les documents politiques mentionnés et par 1716,1 millions dans les statistiques confidentielles de la Direction générale des douanes.

Durant la première année de la guerre, il n’entre qu’un filet d’or, mais ensuite le fleuve enfle vite. Entre 1940 et 1941 l’importation croît au centuple pour atteindre 474,6 millions de francs suisses en 1942, et le sommet absolu de 589,1 millions en 1943, année charnière de la guerre. Durant l’année où les Alliés envahirent la forteresse européenne, elle retombe rapidement pour se tarir à 36,3 millions en 1945

Que disent les documents au sujet de l’origine de cet or? Trop peu de chose. Mais en les complétant par des informations de sources belge, allemande et française, on obtient un tableau assez complet.

L’or africain belge ne fut pas disponible à Berlin avant la fin de l’année 1942. Expropriation, camouflage, falsification prirent du temps. Les premières livraisons de cet or n’arrivèrent à la Banque nationale qu’au début de 1943; mais elles atteignirent rapidement, au cours des années 1943-1944, une valeur de plus d’un demi-milliard de francs suisses. Durant les premières années, maigres encore pour l’Allemagne, Berlin est réduite à d’autres sources d’or. C’est le butin des commandos de protection des devises qui est exploité. Enfin, les lingots et les pièces de provenance hollandaise permettent de combler la lacune.

Des chiffres froids, certes, mais ils sont éloquents. Ils montrent que deux tiers de l’or vendu à la Suisse pendant la guerre avaient été illégalement acquis: un tiers au détriment de chacune des banques centrales de Belgique et des Pays-Bas, un milliard d’or en tout. 

     

Page précédente

Page suivante

 
 
 

 Source

W.Rings, L'or des nazis. La Suisse, un relais discretPayot Lausanne (1985)

 

Liens internet

     
 
Votre site ici !!!   Ecrivez-nous pour ajouter votre site à nos pages...
 
 
Copyright © Yannick RUB