SOMMAIRE - Canton de Neuchâtel

En ce qui concerne l'histoire du canton de Neuchâtel, nous avons choisi dans ce dossier de la commencer aux alentours de l'an mil. Les documents écrits font défaut de 800 à 998 (date de la fondation du prieuré de Bevaix); on trouve pour la première fois mention de la ville de Neuchâtel dans un acte de Rodolphe III, roi de Bourgogne, en 1011. De la fondation de la ville de Neuchâtel au Traité de Paris signé par Frédéric-Guillaume IV en 1857... Un dossier en construction.

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Divers >>> Histoire Suisse >>> Histoire cantonale >>> Canton de Neuchâtel

 Les établissements monastiques     

 
 

La Collégiale de Neuchâtel tire son nom du collège de chanoine qui y était alors établit. Il n’y avait pas d’évêque à Neuchâtel, sinon il y aurait eu une cathédrale. En fait, Neuchâtel dépendait de l’évêché de Lausanne, sauf les Verrières et les Brenets qui, étant plus du côté du bassin du Doubs, avait été attribué à l’archevêché de Besançon qui dépendait également de l’évêché de Lausanne.

Deux décanats se partageaient le pays de Neuchâtel : le décanat de Neuchâtel et le décanat de Soleure. Odilon de Cluny fonda Bevaix en 998, dans l’acte de fondation de la ville on trouve, pour la première fois, divers noms de localités neuchâteloises, ainsi Bevaix, Brot, St Martin, nigra aqua (=Noiraigue) comme nous le préciserons dans la page suivante. 

Une abbaye est donc instituée à Bevaix, ce sont des moines bénédictins qui l’occupent. En 1192, le prieuré de Corcelles est fondé par un certain Humbert (le prieuré sera agrandi en 1340 et en 1406). En 1107, c’est le prieuré du Val-de-Travers qui est fondé et occupé par des moines clunisiens. La création du prieuré du Val-de-Travers avait reçu l’approbation du pape Pascal II, mais il ne fut jamais très développé puisque il n’y eut jamais plus de deux moines en même temps qui l’occupèrent.

L’abbaye de Neuchâtel avait été crée par l’abbaye de Joux et fut occupée par des clunisiens, des moines blancs par opposition aux moines noirs qu’étaient les bénédictins, qui portaient le nom de prémontrés. L’abbaye de Fontaine-André va hériter des terres qu’elle occupera jusqu’en 1214, date à laquelle le comte de Neuchâtel interdit de tester en faveur de l’abbaye.

     

Page précédente

Page suivante

 
 
 
Liens internet...      
       
Votre site ici !!! Ecrivez-nous pour ajouter votre site à nos pages...    
       
 
Copyright © Yannick RUB