SOMMAIRE - Histoire Suisse

Nous vous proposons ici un petit voyage au travers de l'histoire de la Confédération helvétique. Cette rubrique est composée de nombreux dossiers, mini-dossiers et d'un grand nombre de simples pages.  Cette rubrique est particulièrement fournie et regroupe un nombre de textes toujours grandissant, vos travaux sont les bienvenus !!!

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Divers >>> Histoire Suisse >>> 1848-1914: La Suisse des Radicaux

 Des Noms

 
 

Arnold Böcklin (1827-1901)

La mort d'Arnold Böcklin marque la fin d'une époque. Le peintre, à la réputation internationale, est l'un des grands maîtres du symbolisme qui allie la perfection de l'héritage classique, poussé dans ses derniers retranchements, à l'évocation mélancolique du monde contemporain. Peinture sensible, émotive, qui trouve ses correspondances dans les oeuvres et les mythes des symbolistes anglais ou germaniques. Arnold Böcklin domine, avec Hodler, la scène artistique suisse de la fin du XIXe siècle.

Johanna Spyri (1827-1901)

Le 8 juillet 1901, l'écrivain Johanna Spyri meurt à Zurich à 74 ans. Heidi a perdu sa mère. Johanna Spyri a publié pour la première fois en 1881 le récit de Heidi. Immédiatement, elle remporte un énorme succès qui ne se démentira pas, même après sa mort. Certes, l'univers de Johanna Spyri ne correspond pas exactement à la vie en Suisse à la fin du XIXe siècle, elle en propose une vision idéalisée qui rencontre un grand succès dans les milieux urbains. Elle vise en effet à faire de la vie paysanne un modèle pédagogique et elle se situe donc dans la tradition qui met à l'honneur une Suisse paysanne, une Suisse rurale, une Suisse morale qui fait front face aux atteintes de la ville.

Mort d'Albert Anker

Le peintre Albert Anker meurt le 16 juillet 1910 à Anet, aux environs de Bienne. Il aura connu de son vivant la gloire. Sa réputation se fait très tôt. En effet, né en 1831, il sera admiré et célèbre dès 1859. C'est que sa peinture, qui représente la vie paysanne, plaît aux spectateurs helvétiques. Il s'agit peut-être d'une vision idéalisée du monde rural, mais c'est un regard sur elle-même que la Suisse sait apprécier.

Un Suisse Prix Nobel de médecine

La Suisse n'a pas seulement des peintres de grand talent, des artistes reconnus à l'étranger, ses savants ont également une réputation internationale. Le prix Nobel 1909 de médecine est attribué à Emile Théodore Kocher. Chirurgien remarquable, appelé souvent à l'étranger, il reste cependant fidèle à Berne où il est professeur de chirurgie. Il s'est notamment intéressé à la manière de traiter les blessures par balle.

     

Page précédente

Page suivante

 
 
 

Liens internet

     
 
Votre site ici !!!   Ecrivez-nous pour ajouter votre site à nos pages...
 
 
Copyright © Yannick RUB