SOMMAIRE - Histoire Suisse

Nous vous proposons ici un petit voyage au travers de l'histoire de la Confédération helvétique. Cette rubrique est composée de nombreux dossiers, mini-dossiers et d'un grand nombre de simples pages.  Cette rubrique est particulièrement fournie et regroupe un nombre de textes toujours grandissant, vos travaux sont les bienvenus !!!

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Divers >>> Histoire Suisse >>> 1848-1914: La Suisse des Radicaux

 La modernisation de la vie politique et administrative

 
 

Si elle ne fait pas table rase de ce qui existait (comme en 1798), la révision constitutionnelle n’en créait pas moins un nouveau régime. Les différents courants idéologiques (radicaux, libéraux, conservateurs, socialistes) faisaient de l’État fédéral un enjeu plus qu’une réalité. La modernisation de la vie politique entre 1848 et 1870 se résuma à une polarisation des forces, entre mouvement et résistance. Le parti du progrès (radicaux-libéraux) cherche à renforcer la démocratie représentative plus qu’à l’élargir, en fortifiant le nouveau pouvoir fédéral vis-à-vis des cantons comme de l’étranger. Le parti de la résistance est encore largement désorganisé. La tactique des conservateurs fut de se réclamer de la légalité nouvelle comme d’un rempart pour les libertés et de combattre les lois jugées trop centralisatrices en freinant leur application dans les cantons. Bientôt se dessinerait la formation d’un grand « parti du centre ».

L’absence de toute révision constitutionnelle pendant 18 ans et l’usage modéré de la fonction législative, comparé à ce qui s’était passé dans les cantons après les révolutions radicales, révèlent les limites de la centralisation durant cette période.

Avec la victoire du radicalisme, surtout protestant et implanté dans le Plateau suisse déjà engagé dans l’industrialisation, la bourgeoisie ajoute le pouvoir politiques aux influences qu’elle exerçait déjà dans l’économie et la culture. Les conservateurs sont critiqués non seulement pour leur attitude devant l’innovation, mais également pour leur tendance à ignorer les véritables besoins du peuple.

La période qui sépare la fondation de l’État fédéral et la guerre franco-allemande se décompose, pour la politique intérieure, en trois phases :

1848-1857 : « reconstruction » du pays au sens américain du terme.

1857-1865 : phase intermédiaire, marquée par un regroupement des forces politiques en fonction de nouveaux enjeux.

1865-1870 : dernière phase, marquée par une forte tendance au changement.

Répété à trois ans d’intervalle depuis 1848, les élections pour le Conseil national constituent, en théorie du moins, avec le choix des parlements cantonaux, l’acte le plus démocratique du pays. Introduit en 1848 comme en d’autres pays européens, le suffrage universel direct helvétique souffre encore de nombreuses entrave dans son exercice.

Des appels périodiques à la concorde s’avèrent nécessaires pour sauvegarder la majorité libérale-radicale ébranlée par quelques grandes options nationales. Du milieu des années 1850 au milieu des années 1860, le centre de gravité politique de la vie fédérale se déplace vers les intérêts matériels et les affaires étrangères.

     

Page précédente

Page suivante

 
 
 

Liens internet

     
 
Votre site ici !!!   Ecrivez-nous pour ajouter votre site à nos pages...
 
 
Copyright © Yannick RUB