SOMMAIRE - Histoire Suisse

Nous vous proposons ici un petit voyage au travers de l'histoire de la Confédération helvétique. Cette rubrique est composée de nombreux dossiers, mini-dossiers et d'un grand nombre de simples pages.  Cette rubrique est particulièrement fournie et regroupe un nombre de textes toujours grandissant, vos travaux sont les bienvenus !!!

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Divers >>> Histoire Suisse >>> 1798-1848: La quête d'un État national

 Démocratie et fédéralisme

 
 

On ne peut séparer la mise en place d’un État national moderne du mouvement démocratique et libéral qui court tout au long du XIXe siècle. Comment l’utopie que nous avons évoquée dans le chapitre précédent, c’est-à-dire la constitution d’un gouvernement national moderne, va se réaliser dans le contexte du combat pour les libertés et la démocratisation des institutions ? 

Ce combat sera, par rapport à ce qui se passera en Europe, un déroulement pacifique. Le peu de débordement que vont engendrer les changements nous font presque dire qu’il n’y eut pas la forme d’une Révolution en Suisse, mais plutôt celle d’une évolution. Les conditions somme toute favorables de la majorité de la population suisse sont autant de motifs de refuser l’aventure révolutionnaire. Il faut cependant distinguer entre régions réformées et régions catholiques, les premières regrettant bien moins l’Ancien Régime que les secondes.

Certains historiens expliquent d’ailleurs que c’est le caractère modéré des Trois Glorieuses (27,28,29 juillet 1830) qui a frappé l’opinion européenne. N’oublions cependant pas qu’à plus d’une reprise des affrontements politiques ont abouti à des scissions territoriales provisoires dans certains cantons (Schwytz, Glaris, Valais).

Les événements parisiens de Juillet 1830 donnent le signal en Suisse d’un vaste mouvement qui instaure la démocratie libérale, dominée par les classes moyennes. L’originalité de la démocratie de Juillet est de donner la préférence à la liberté sur l’égalité. En Suisse, les élites urbaines favorisent la liberté alors que pour les masses populaires et paysannes c’est l’égalité qui compte avant tout.

L’avènement définitif de la démocratie représentative signifie, bien sûr, la mise en œuvre de constitutions qui en portent les traits spécifiques : souveraineté du peuple, séparation des pouvoirs, publicité des débats, droits politiques, électoraux principalement. La démocratie moderne remplace la contrainte par la soumission volontaire. La généralisation de la pratique du vote constitue, du point de vue technique, le principal instrument d’accréditation de la démocratie. Il conviendrait de développer en détails l’état des démocraties cantonales suisses, nous ne nous y attacherons cependant pas pour l’instant.

     

Page précédente

Page suivante

 
 
 

Liens internet

     
 
Votre site ici !!!   Ecrivez-nous pour ajouter votre site à nos pages...
 
 
Copyright © Yannick RUB