SOMMAIRE - Histoire Suisse

Nous vous proposons ici un petit voyage au travers de l'histoire de la Confédération helvétique. Cette rubrique est composée de nombreux dossiers, mini-dossiers et d'un grand nombre de simples pages.  Cette rubrique est particulièrement fournie et regroupe un nombre de textes toujours grandissant, vos travaux sont les bienvenus !!!

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Divers >>> Histoire Suisse >>> 534-1394: Les racines de l'indépendance

 Le Valais épiscopal

 
 

La Savoie, présente dans le Bas-Valais, avait comme but d’étendre sa domination sur tout le Valais. Elle désirait contrôler l’importante route du Simplon (axe Venise-Champagne). D’abord les Savoie s’appuyèrent sur les évêques de Sion, puis sur les seigneurs locaux. Les Savoie furent toujours hostiles aux mouvements communaux (les dizains). Cet affrontement continu avec les communes eut pour les Savoie les mêmes conséquences que pour les Habsbourg : se contenter d’un demi-succès. La géographie du Valais, son compartimentage, impliquait l’existence de nombreuses entités sociales et de pas moins de vallées ; la situation était autrement plus difficile à gérer qu’à Genève.

En 1301, un traité de paix est signé avec la Savoie, dans les signataires on trouve des représentants communaux, cela est la preuve que le mouvement communal avait pris une grande importance dans la gestion du territoire par l’évêque. L’équilibre des forces en Valais (entre l’évêque, la noblesse et les communes) restait toujours instable ; le peu d’équilibre qui restait était en plus menacé par les Savoie. Ces derniers avaient consolidés leur pouvoir en Bas-Valais par la création des châtellenies de Saillon et de Saxon (XIIIe siècle).

Un conflit éclata lorsque, en 1342, l’évêché fut attribué à Guichard Tavel, étroitement lié aux Savoie (il avait été chancelier à la cour de Savoie). En 1350, les communes se soulevèrent. L’évêque appela les Savoyards à l’aide et l’insurrection prit fin en 1352

Le comte de Savoie devenait bailli du Valais, plus rien ne semblait empêcher la domination savoyarde sur le Valais. Cependant, les communes décidèrent de continuer le combat en une sorte de guerre d’indépendance, les hostilités allaient durées jusqu’à la fin du siècle.

Les dizains du Haut-Valais semblaient chercher une autonomie complète (ils s’appuyaient sur les Uranais), les Savoie ne purent jamais s’imposer. En Valais central, les dizains voulaient que l’évêché retrouve l’immédiateté impériale.

En 1384, le peuple valaisan avait chassé l’évêque Edouard de Savoie-Achaïe (successeur en 1375 de l’évêque Tavel). Mais Amédée VII réagit violemment et punit brutalement le soulèvement (Sion fut mise à sac et brûlée).

En 1388, à Viège, la chevalerie savoyarde subit une lourde défaite devant les Haut-Valaisans, c’était la fin des prétentions savoyardes sur le Haut-Valais. La paix de 1392 coupait le Valais en deux. Le Haut-Valais allait naturellement se tourner du côté des Confédérés pour nouer de nouveaux contacts.

     

Page précédente

Page suivante

 
 
 

Liens internet

     
 
Votre site ici !!!   Ecrivez-nous pour ajouter votre site à nos pages...
 
 
Copyright © Yannick RUB