SOMMAIRE - Histoire Suisse

Nous vous proposons ici un petit voyage au travers de l'histoire de la Confédération helvétique. Cette rubrique est composée de nombreux dossiers, mini-dossiers et d'un grand nombre de simples pages.  Cette rubrique est particulièrement fournie et regroupe un nombre de textes toujours grandissant, vos travaux sont les bienvenus !!!

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Divers >>> Histoire Suisse >>> 534-1394: Les racines de l'indépendance

 Le Gothard: une nouvelle voie commerciale

 
 

L’ouverture du col du Gothard au trafic commercial international ne s’est pas faite d’un coup ! Vers l’an mil, le col du Gothard aurait déjà été utilisé, mais d’autres données militent en faveur d’une date plus tardive. 

La tradition veut que l’évêque de Milan Galdinus ait fait bâtir une chapelle sur le col entre 1170 et 1180. 

Au nord, l’ouverture d’un passage au travers des gorges du Schöllenen facilita le trafic, ce furent les Walser qui entreprirent les travaux (construction d’un pont de bois, la légende en attribue la construction à Satan). Il paraît donc vraisemblable de situer l’ouverture de la route du Gothard vers 1200, mais cette date ne fait pas l’unanimité. 

Jusqu’au XIIe siècle le trafic s’effectuait surtout par les Grisons (Splügen, San Bernardino) ou le Brenner à l’est, le Mont-Cenis et le Grand-Saint-Bernard à l’ouest.

Le Gothard est le seul col qui relie d’un trait le nord et le sud, sans devoir franchir plusieurs chaînes de montagnes. Le trafic, dès l’ouverture du col, sera intense. Les Uranais vont en tirer un grand profit : ils se groupent en corporations, fixent les tarifs, établissent un règlement de police (interdiction d’importuner les étrangers ou d’accepter un pourboire). 

Les habitants louent des mulets ou des chevaux, les muletiers étrangers se voient imposer un droit de passage, bref…les bénéfices sont immenses ! 

C’est d’ailleurs pour garder sous leur contrôle les moyens de communication que les Uranais et leurs alliés envahirent le Tessin. De plus, il est a relever que le trafic commercial profitait aux communes et aux vallées directement intéressées, non aux seigneurs suzerains (=enrichissement). 

     

Page précédente

Page suivante

 
 
 

Liens internet

     
 
Votre site ici !!!   Ecrivez-nous pour ajouter votre site à nos pages...
 
 
Copyright © Yannick RUB