SOMMAIRE - Histoire Suisse

Nous vous proposons ici un petit voyage au travers de l'histoire de la Confédération helvétique. Cette rubrique est composée de nombreux dossiers, mini-dossiers et d'un grand nombre de simples pages.  Cette rubrique est particulièrement fournie et regroupe un nombre de textes toujours grandissant, vos travaux sont les bienvenus !!!

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Divers >>> Histoire Suisse >>> 534-1394: Les racines de l'indépendance

 Une contrée en marge des événements

 
 

Ce sont d’abord le nord et l’ouest de la Suisse qui connaissent les plus grands changements, au sud la population comme la situation géopolitique tessinoise ne subissent pas de changements décisifs, à l’est la situation géographique protégée et le manque d’intérêt géopolitique assurait la stabilité. Mais au nord et à l’ouest, une nouvelle puissance étend sa zone d’influence au VI et VIIe siècle : les Francs.

En 534, ils soumettent la Burgondie dans le dessein de s’assurer un accès au centre économique qu’était la Méditerranée. En 536, les Ostrogoths sont contraints à céder la Provence. 

Cette première phase de l’expansion franque dans les alpes prend fin au milieu du VIIe siècle. 

Les ducs d’Alémanie sont à la recherche d’une plus grande autonomie, ils ne vont pas tarder à entrer en conflit avec les maires du palais austrasiens, c’est-à-dire les intendants de la cour, les futurs Carolingiens (752-911). Les Alamans durent s’incliner dans les années quarante du VIIIe siècle : en 746, l’audience connue sous le nom de « massacre de Cannstatt » mis fin à l’indépendance des ducs alamans. Les francs fondent des couvents : Reichenau en 724, Pfäffers en 731, réformes à St-Gall, fondation du couvent de Disentis…cela traduit bien les prétentions franques.

Avec les Carolingiens, la conquête des cols prend une nouvelle ampleur. En 773/74, la conquête du royaume lombard est menée. Mais la majeure partie du pays reste sans valeur aux yeux carolingiens. Ce qui comptait s’était de s’assurer les voies de communication et pas d’occuper le pays entier. A partir des années quarante du IXe s. Louis le Germanique doit intervenir énergiquement contre la noblesse alémane. C’est à cette époque que l’abbaye de Fraumunster (Zurich) est élevée (853), le couvent de Lucerne est aussi fondé ; ces deux institutions devaient permettre de mieux asseoir l’autorité royale. Dans le même ordre d’idée St-Gall, Constance et Reichenau sont étroitement rattachés à la monarchie. 

L’autorité qu’instaura Louis ne fut pas égalé par la suite, après lui les membres les plus influents de la noblesse vont s’instituer ducs de leur région. L’expansion des Mérovingiens (de 500 à 750 environ) vers l’Est fut forte et déborda les pays occupés par les Alamans, au début du VIIIe siècle on pouvait compter ces derniers comme faisant partie de l’espace intérieur franc, la Souabe (nouveau nom de l’Alémanie) est ainsi incorporé au royaume franc.

A l’ouest, c’est un seigneur du nom de Conrad ( de la maison comtale de guelfe d’Auxerre) qui s’imposa. En 888, son fils, Rodolphe Ier, se fait élire roi de Haute-Bourgogne à Saint-Maurice.

On constate donc que deux pôles politiques se font jour : le royaume de Haute-Bourgogne et le duché de Souabe

Au sud, c’est Milan qui est la force régionale dominante.

     

Sommaire du dossier

Page suivante

 
 
 

Liens internet

     
 
Votre site ici !!!   Ecrivez-nous pour ajouter votre site à nos pages...
 
 
Copyright © Yannick RUB