SOMMAIRE - Divers

La rubrique Divers regroupe divers travaux et dossiers relatifs à des sujets variés ou spécifiques. Ainsi, par exemple, un important dossier consacré à l'Histoire de la Suisse, un index de personnalités historiques, des chronologies, des dossiers d'histoire économique, d'introduction aux études historiques ou de didactique de la discipline.

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Divers >>> Les Grands Noms de l'Histoire

Franco Francisco Bahamonde (1892-1975)

 

Franco est d’origine galicienne, fils d’une famille de marin, c’est à l’âge de 15 ans qu’il entre à l’Académie d’infanterie de Tolède, il y fut formé de 1907 à 1910. De 1912 à 1926, il servit quasi en continu au Maroc, où il commanda notamment la Légion étrangère espagnole. Il contribua par ses talents militaires à vaincre Abd el-Krim et à pacifier le Rif espagnol (une partie de la côte méditerranéenne marocaine ainsi que l’arrière pays montagneux. La guerre du Rif eut lieu de 1921 à 1924) ; cette action lui valu d’être nommé général. Il n’avait alors que 33 ans et était le plus jeune général d’Europe. Sous la République, instaurée en 1931, il commanda l’école militaire de Saragosse puis fut envoyé aux Baléares en tant que capitaine général, il revint à Madrid après la victoire de la droite en 1933. En 1934, il réprima la révolte des gauches réunies par le soulèvement des mineurs dans les Asturies. C’est dès 1933 qu’il fut nommé chef d’état-major général de l’armée ; à la suite de la victoire du Frente Popular (le Front Populaire) aux élections de février 1936 il fut envoyé aux Canaries comme capitaine général.

Après le déclenchement du soulèvement nationaliste en juillet 1936, Franco prit le commandement de l’armée d’Afrique le 19 juillet, et demanda à l’Axe des avions pour transporter ses troupes du Maroc en Espagne il transporta ainsi la Légion étrangère et des unités marocaines. Le 12 septembre, il fut nommé général de la junte militaire de Burgos, puis, le 1er octobre, chef du gouvernement. Le 9 mars il promulgua la charte du travail, première en date des lois fondamentales actuelles de l’Espagne. Franco prit le titre de Caudillo (guide) et après un échec en novembre 1936 vaincu les républicains, avec l’appui de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste, et entra dans Madrid le 1er avril 1939. Franco posa les bases d’un état catholique, autoritaire et corporatiste. Au début de la guerre il décida la neutralité espagnole, puis la « non-belligérance » en juin 1940. En novembre de cette même année il occupa Tanger.

Il eut à subir les pressions d’Hitler et de Mussolini qui voulaient voir l’Espagne s’engager aux côtés des forces de l’Axe (entrevue d’Hendaye le 23 octobre 1940 avec Hitler et de Bordighera en février 1941 avec Mussolini). Franco refusa de suivre Hitler, la guerre civile ravageait alors l’Espagne, mais lui fit des concessions en adhérant au pacte antikomintern en mars 1939 et en envoyant sur le front russe une division de volontaire, la División azul (la Division bleue). Mais Franco continuait à avoir des liens avec les Alliés.

Après 1942, Franco, prévoyant la victoire des alliés, amorça un revirement politique et inaugura une relative démocratisation du régime par la création de Cortes consultatives (Cortes = nom donné au Parlement en Espagne, aujourd’hui ce nom désigne l’ensemble du Sénat et du congrès des députés) ; retira d’Urss la Division bleue et évinça du pouvoir son beau-frère, Serrano Suner, fortement germanophile.  

En 1945, les Alliés lui reprochèrent cependant ses compromissions avec l’Axe et rappelèrent leurs ambassadeurs de Madrid, ce qui entraîna une période d’isolement pour l’Espagne. Mais le développement de la guerre froide lui permit de bénéficier du plan Marshall. Après avoir signé des accords militaires avec les Etats-Unis (1953), l’Espagne fut admise à l’ONU en 1955.

Au niveau de la politique intérieur, Franco, qui disait être responsable seulement « devant Dieu et l’histoire », rétablit en 1947 la monarchie et s’institua régent à vie. En novembre 1956, Franco procède à une réforme constitutionnelle libéralisant, très modestement, le régime ; il s’appuya encore plus fortement sur l’Eglise catholique et écarta du pouvoir la Phalange (organisation politique et paramilitaire de type fasciste fondée par Antonio Primo de Rivera en 1933) et s’entoura de ministres proches de l’Opus Dei (puissante institution catholique née en 1928).

Le 22 juillet 1969 il désigna le prince Juan Carlos de Bourbon comme son successeur.  Pendant l’été 1974, il se démet provisoirement, pour des raisons de santé, de ses fonctions de président du gouvernement, en faveur de Juan Carlos. Mais il reprit la direction du gouvernement en septembre de la même année, pour mourir le 20 novembre. Son «règne» aura duré près de quarante ans et les dernières années de sa vie furent marquées par une répression accrue des manifestations de l’opposition et des volontés autonomistes basques.

     

Retour au sommaire des Grands Noms de l'Histoire

 
 
 

 

 
Liens Internet      
       
 Votre site ici !!! Ecrivez-nous pour ajouter votre site à nos pages...
       
 
Copyright © Yannick RUB