ATRIUM - Histoire de l'Antiquité

En histoire européenne, l'Antiquité désigne la période des civilisations de l'écriture autour de la Méditerranée, après la Préhistoire, avant le Moyen Âge. La majorité des historiens estiment que l'Antiquité commence au IVe millénaire av. J.-C. (-3500, -3000) avec l'invention de l'écriture, et voit sa fin durant les grandes migrations eurasiennes autour du Ve siècle (300 à 600). La date symbolique est relative à une civilisation ou une nation, la déposition du dernier empereur romain d'Occident en 476 est un repère conventionnel pour l'Europe occidentale, mais d'autres bornes peuvent être significatives de la fin du monde antique.

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Histoire de l'Antiquité  >>> Cyrène

La place de Cyrène dans le monde hellénistique de -331 à -305/-300
 
 

Cyrène se trouvait sur la côte nord de l’Afrique, à environ 900 km d’Alexandrie (en Libye actuelle). Elle était donc à une grande distance de l’Egypte et de la Tripolitaine. C’était la plus occidentale des cités de l’Orient. Cyrène a été fondée en -631. On peut comparer cette ville à des centres comme Syracuse ou Tarente, c’était donc une cité d’importance. Elle ne prit pas part aux guerres médiques. Au VIe siècle, elle avait été mêlée à la politique de Polycrate et des Perses.

Les relations entre Cyrène et Alexandre le Grand

Au printemps -331, Alexandre arriva en Egypte et rencontra des députés cyrénéens à 500 km de Cyrène, entre l’Egypte et la Cyrénaïque. On possède à ce sujet deux témoignages : celui de Diodore et celui de Quinturce. Les cyrénéens offrirent des cadeaux à Alexandre, notamment cinq quadriges, ce qui, pour l’époque, était original, car la charrie avait disparue en Grèce, c’était un symbole non-militaire de la puissance de Cyrène. Les Macédoniens reçurent également 300 chevaux. Il résulta de cette rencontre une alliance. Les historiens sont d’accord pour dire que Cyrène est restée extérieure à la politique d’Alexandre. Les cyrénéens n’étaient pas sous la tutelle d’Alexandre mais agissaient comme s’ils l’étaient. Cet accord semble être en fait un calcul des cyrénéens ; la ville de Cyrène était éloignée de l’Egypte, elle n’avait donc pas de problèmes de voisinage avec Alexandre, mais elle entretenait des relations avec des cités grecques.

En -401, Aristote nous dit qu’une guerre civile avait éclaté à Cyrène entre l’aristocratie et les grands et moyens propriétaires terriens pour le pouvoir. Beaucoup de bannis avaient dû fuir la cité. L’alliance avec Alexandre posait certains problèmes et empêchait le renversement du pouvoir en place à Cyrène car cela aurait provoqué trop de complications internationales (par exemple une intervention des Perses). Le statut de Cyrène était donc un peu particulier, la ville reconnaissait certainement la suzeraineté de la Macédoine et était en relation avec Alexandre, mais en même temps, elle ne faisait pas partie du royaume. Cette situation peut sembler bizarre, mais elle s’était déjà produite dans l’histoire de Cyrène: au VIe siècle (525 av. J-C), Sésilas III, roi de Cyrène avait été suzerain des Perses. Peu avant sa mort, Alexandre avait décidé du retour des bannis dans les cités grecques. De plus Harpale avait levé des mercenaires et était parti pour la Cyrénaïque, loin du royaume d’Alexandre, pour y trouver refuge, puisqu’il avait puisé dans le trésor de l’empire. Il passa par la Crète et prit avec lui des bannis de Cyrène. Une fois arrivée en Cyrénaïque, Tibron, son chef militaire élimina Harpale, voulant  faire cavalier seul.

Comment Cyrène est entrée dans l’orbite de Ptolémée.

De -324 à -321, Cyrène subit trois ans de guerre civile et étrangère. Aucun des belligérants ne réussit à prendre le dessus; Tibron était désorganisé et les Cyrénéens divisés. Ptolémée intervint par l’intermédiaire de son lieutenant, Ophélas et prit le contrôle de la région. Certains habitants de Cyrène appuyaient Ptolémée, mais d’autres étaient farouchement opposés  à son arrivée, en particulier les aristocrates. Pendant l’été -321, Ptolémée vint lui-même en Cyrénaïque. On possède un document sur sa venue, un diagramma. Une loi fut fixée par l’Egyptien, elle mit en place le retour à de vieilles institutions en plus de nouvelles. On installa donc un nouveau régime à Cyrène qui réunit la tradition athénienne et spartiate. Le résultat: Le régime aristocratique fut reconstitué, mais il fut élargit, on passa du régime des mille au régime des dix mille.

Comment Ptolémée garda le contrôle de Cyrène.

Cyrène s’est trouvée englobée dans la sphère d’influence de Ptolémée. Sa stratégie: Dans les institutions cyrénaïques, il y avait un collège des stratèges, les stratèges étaient normalement élus pour un an, et Ptolémée réussit à se faire élire stratège à vie au sein de ce collège, ce qu’il lui donna un poids considérable à l’intérieur de la cité. Comme il ne résidait pas souvent à Cyrène, il délégua Ophélas pour le représenter. Ophélas gouverna donc Cyrène, le port de Tokaira, la ville d’Euspéride, la cyrénaïque, Barka et Apollonia, le port de Cyrène jusqu’en 308. En 313-312, Ophélas du résister à une révolte des Cyrénéens qui choisirent ce moment car Ptolémée avait des difficultés. Il du en effet réprimer trois mouvements de révoltes en même temps:

1.      Une révolte à Chypre

2.      Une révolte à Cyrène

3.      Une attaque d'un roi

Ophélas réussit à endiguer la révolte et il en ressortit grandit. De là naquit un pouvoir exceptionnel pour lui. Ophélas était-il libre ou attaché à Ptolémée? On pense qu’il était assez libre de ses mouvements, car il décida seul d’aller mettre le siège devant Carthage pour rejoindre Agatope. Ce projet grandiose échoua et Ophélas se fit tuer par Agatope. Mais l’important dans cette décision, c’est qu’Ophélas l’avait prise seul.

André Laronde pense que Ptolémée voulait agrandir son pouvoir sur la Cyrénaïque après la révolte de 313-312. La Cyrénaïque était le grenier à blé de l’Afrique du nord, et cela au moment même où Athènes subit une période de famine. Cyrène comptait environ 100 000 habitants et plus ou moins autant peuplaient le reste de la région. Ptolémée avait donc la main sur une zone de peuplement grec, ce qui pour l’époque était important, cela permettait de recruter des soldats et des administrateurs grecs pour l‘Egypte. On peut donc penser que même si Ptolémée laissait une certaine marge à Ophélas, il n’était pas du tout désintéressé de la Cyrénaique.

Parallèle entre Ophélas et Assandros

Assandros était entre -320 et -310 à la tête de la région de la Carie. C’était un personnage intéressant qui était de la famille des compagnons d’Alexandre le Grand. Il avait lutté contre Perdikkas. En -319, il s’était allié à Antigone le Borgne (monophtalmos), mais il l’avait abandonné pour se mettre au côté de Ptolémée. On a trouvé plusieurs décrets concernant Assandros où il apparaît comme satrape. Une fois arrivé au pouvoir, il mena un jeu de bascule passant d’une personne à l’autre au gré de ses intérêts. Ophélas et Assandros avaient des points communs: Ils administraient tous les deux un grand territoire dépendant de Ptolémée. Ce qui les plaça comme suzerain d’un personnage lointain mais tout de même intéressé à ces territoires.

Comment Cyrène a joué le rôle de relais entre le bassin oriental et occidental de la Méditerranée.

Cyrène n’était pas, comme on pourrait le croire, une région marginale. Elle était le lien entre le bassin oriental de la Méditerranée, la Grèce orientale et Carthage. De Cyrène, on pouvait aller facilement vers la Sicile, vers Carthage ou vers la Grèce. Cyrène avait entretenu de très anciens contacts artistiques avec Syracuse. A Carthage, une ville d’origine phénicienne, Cyrène avait des contacts avec les Grecs de la ville. Il n’y avait jamais eu d’affrontements graves entre les deux villes, et les cyrénéens ne le cherchaient pas. Au IVe siècle, Cyrène et Carthage avaient cependant eu un affrontement pour le contrôle de la grande Cirthe. Chose difficile à comprendre puisque c’était une terre infertile. On pense que cette dispute était en relation avec le commerce transsaharien assuré par les tribus de la région.

Strabon nous parle d’un Ptolémée (sans préciser lequel) qui avait déplacé la frontière pour conquérir le contrôle des tribus. On pense que la date de ce récit se situe entre -321 et -313, ce qui nous ramène à Ptolémée fils de Lagos. Le projet d’Ophélas vers Carthage était en réalité pour le bénéfice de Ptolémée. Mais l’entreprise d’Ophélas échoua pour deux raisons: Il fut dupé par Agatope et les cyrénéens n’étaient pas très dociles, ils considéraient que cette cause n’était pas la leur.  Ptolémée essaya d’étendre son influence en direction de Carthage mais, suite à la mort d’Ophélas, il abandonna cette ambition car une nouvelle révolte des cyrénéens éclata entre -308 et -305. De plus Ptolémée perdit Chypre. Il réussit tout de même à reprendre Cyrène et y plaça comme représentant son beau-fils à partir de -300.

Cyrène avait un intérêt en soi, c’était une ville riche, elle jouissait d’une position avantageuse sur la Méditerranée occidentale et d’une situation excentrique sur la Méditerranée orientale. Elle nous apparaît comme une cité grecque normale, mais avec un destin différent.

 
 
 
 
 
Copyright © Yannick RUB