LE RAPPORT BERGIER

La Suisse durant la Seconde Guerre mondiale: Analyse du rapport Bergier et des transactions suisse sur l'or. Nous vous conseillons la lecture du dossier consacré à l'or nazi en guise d'introduction ou de complément au présent dossier.

 

Retour au sommaire

Sommaire >>> Divers >>> Histoire Suisse >>> Le rapport Bergier

 Traits généraux de la politique monétaire suisse

 
 

Les dirigeants de la Banque nationale suisse (BNS) ont cherché, durant la Seconde Guerre mondiale, à poursuivre leur politique monétaire des années trente en visant essentiellement trois objectifs: 

1. Préserver la confiance dans le franc suisse

2. Empêcher une hausse excessive de l'inflation 

3. Maintenir la capacité de paiement de la Suisse pour assurer l'approvisionnement du pays

Suivant une préoccupation alors largement répandue en Suisse, ils se sont attachés à ne pas répéter les erreurs de politique monétaire, aux lourdes conséquences sociales, de la Première Guerre mondiale. Pour eux, le rattachement du franc suisse à l'or et le maintien de la parité-or du franc, même pendant la guerre, étaient deux conditions essentielles pour atteindre ces objectifs.

Ces considérations ont constitué la pierre angulaire de la politique monétaire suisse. La Banque nationale a pour l'essentiel réalisé ces objectifs. Elle constate en outre que la stratégie consistant à maintenir, même pendant la guerre, la parité-or du franc était justifiée eu égard à la préservation de la confiance dans la monnaie, de la stabilité des prix et de l'approvisionnement du pays

Les achats d'or à la Reichsbank, or dont la provenance devenait de plus en plus douteuse au fur et à mesure que la guerre avançait, furent toutefois le revers de cette médaille. Durant l'année 1943 en particulier, la Banque nationale a acquis une marge de manoeuvre monétaire qui lui aurait permis de réduire plus rapidement ses opérations sur or avec la Reichsbank

Si, avant 1943, toute diminution sensible des achats d'or à l'Allemagne aurait pu mettre en danger la capacité de paiement et, partant, le financement de l'approvisionnement du pays, une telle menace ne paraît plus vraisemblable à partir de 1943. Il faut dès lors se demander pourquoi les dirigeants de l'époque, en dépit des avertissements des Alliés, n'ont pas adapté plus rapidement leur politique à l'égard de l'Allemagne. Les dirigeants de la Banque nationale n'ont pas su évaluer les aspects politiques, juridiques et moraux des opérations sur or passées avec la Reichsbank. Nous allons entrer plus en détails dans les problèmes soulevés dans cette page dans la suite du dossier.

     

Page précédente

Page suivante

 
 
 

Liens internet

     
 
Votre site ici !!!   Ecrivez-nous pour ajouter votre site à nos pages...
 
 
Copyright © Yannick RUB